29 avr. 2008

Epine


J’ai mâché nos ombres,
Et les ventres ronds d’une terre de chiendents
Vomis jusque l’âme, jusque l’œil retourné,
Des cycles en silence plus qu’en --

Des nœuds et des nœuds à boire la sève malade

J’ai porté mes habits de cérémonie
Et me suis arrêtée là -- là où ton corps débordait de sa périphérie
Plein de tes déplacements

J’ai glissé une petite boule de neige sous la langue
Pour ne pas t’écrier
--

1 commentaire:

james jonas a dit…

Des cycles en silence plus qu’en lumiere sur une vie deja claire comme une lune dans le retroviseur de mes souvenirs